TELECHARGEZ
NOTRE
BROCHURE

Respect de l'environnement,lutte biologique,
traitement phitosanitaire

 

Nos objectifs

Faire comprendre les dimensions environnementales, sociales et économiques du développement durable.

Faire prendre conscience à tous nos collaborateurs et partenaires que le développement durable est présent dans le quotidien et les gestes de chaque acteur de cette démarche.

Promouvoir les pratiques respectueuses de l’environnement et de la nature qui favorise la biodiversité.

Analyse du TCO :

Nous nous sommes engagé dans l’analyse du TCO véhicule (total cost ownership) qui évalue la totalité des coûts générés par l’ensemble de nos véhicules utilitaires avec pour objectifs :

  • L’adaptation des véhicules aux types de tournées, avec des modes d’exploitation et d’utilisations différents.
  • Comparaison des émissions de CO2 par type de véhicule pour un parc « responsable »
  • La sensibilisation du personnel pour une éco conduite : méthode qui consiste à utiliser son véhicule avec l’objectif  d’améliorer la sécurité au volant et de réduire de 15 % la consommation de carburant en diminuant d’autant les  émissions polluantes de CO2 et les nuisances sonores.
  • Une gestion préventive, pour une maintenance de notre parc matériel et véhicules optimisés : Géo localisation   suivie, analytique pour chaque matériel et véhicule mis en œuvre par GVE.) 

Gestion des déchets verts : 

Tri sélectif mis en œuvre pour le ramassage et l’évacuation des déchets :

Il y a quatre familles :

  • Le verre
  • Les emballages divers (carton, bouteille plastique, canettes…)
  • Les déchets industriels banals (DIB) : gravats, déchets ménagers, …
  • Les déchets verts

Des sacs bio sont mis à disposition (130 l. pour les emballages et 80 l. pour le verre), les DIB étant mis directement dans la benne de la camionnette.

La REP remet un bon de décharge détaillé sur lequel vous devez noter le lieu et la semaine de ramassage en haut à droite du bon.

Chaque fin de mois, l’ensemble des bons de décharge est remis au Maître d’Ouvrage.

Concernant les dépôts sauvages, le tri est réalisé comme habituellement (Inertes : gravats, terres, béton, tuiles, parpaings…/ Végétaux/ Spécifiques : pneus, produits chimiques peintures et solvants, scooter, amiante, huile de vidange, téléviseur…/ et les Ménagers : tout le reste y compris matelas, mobilier divers, palettes, déchets ménagers…). Les Bons de décharge doivent également être recueillis.

Réduction des nuisances sonores

Un chantier engendre des nuisances sonores inéluctables pour l’environnement immédiat.  Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour atténuer un maximum les gênes occasionnées et offrir un chantier « à faibles nuisances ». Les nuisances occasionnées sont de natures diverses : déchets, bruit, pollution (eau, air, sol), poussière, dégradations, encombrement des espaces de circulation automobile et piétonne. Il s’agit de protéger la qualité de vie des riverains, d’éviter les désordres au niveau des structures et équipements environnant, d’améliorer les conditions de travail du personnel… 

L’entreprise met à disposition du matériel et des procédés techniques adaptés afin de maîtriser les impacts du chantier sur l’environnement extérieur et sur la santé des personnes à travers notamment :

  • La préservation des ressources naturelles et la réduction des pollutions,
  • La gestion différenciée et le recyclage des déchets,
  • Le respect des conditions d’utilisation ou d’exploitation des matériels, et équipements utilisés,
  • La mise en place de précautions appropriées pour limiter le bruit pour notre personnel et les riverains,
  • L’information et la sensibilisation de notre personnel et des riverains sur les prestations réalisées.

Le personnel respecte les règles imposées au niveau local par le Maire ou le Préfet concernant notamment les périodes d’activités et les horaires. Ainsi, certains arrêtés prévoient que les travaux bruyants sur la voie, ainsi que les chantiers proches des habitations seraient interrompus entre 20 heures et 7 heures, sauf en cas d’urgence. Nos prestations se dérouleront suivant une plage horaire préférentielle afin de limiter la gêne soit de 8 H à 12 H puis 13 H à 16 H.

Tous nos engins et véhicules sont conformes aux normes en vigueur. L’ensemble du matériel utilisé et des véhicules  est régulièrement entretenu en interne par le mécanicien. Un matériel en bon état permet de limiter les pollutions sonores. Les matériels utilisés sur les chantiers sont conformes aux exigences de l’arrêté du 18 mars 2002, notamment en ce qui concerne les niveaux limites d’émissions sonores. 

Tableau du matériel utilisé et du niveau sonores

TypeNiveau sonore en dB (A)

Tondeuse 51 cm tractée……………………………………………………………………83.5

Tondeuse autoportée 130 cm…………………………………………………………90

Débroussailleuses………………………………………………………………………………90.7

Tailles haie…………………………………………………………………………………………….102.3

Aspirateurs à feuilles………………………………………………………………………...82.5

Notre entreprise s’attache à utiliser du matériel dont le niveau sonore est le plus bas pour le personnel et l’environnement.

Les nuisances visuelles sont limitées sur nos chantiers, au contraire, nous améliorons l’environnement. Seuls les déchets peuvent induire une nuisance visuelle, cependant, ces derniers seront soit immédiatement évacués en décharge approprié, soit proprement stockés sur une plate-forme prévue à cet effet sur le site. Chaque jour, les zones d’interventions seront balayées afin de limiter les gênes occasionnées par les déchets engendrés sur le chantier. 

Il est rare que nos travaux occasionnent des nuisances olfactives.

Limitation des émissions de poussière, salissures et dégradations

En cas d’émission de poussière pendant les travaux, nous limiterons la gêne en humidifiant légèrement les zones concernées. Un nettoyage du chantier sera effectué après chaque intervention pour éviter les salissures.

Application des produits phytosanitaires et méthodes alternatives

L’entreprise est titulaire d’un CERTIFICAT D’AGREMENT n° IF01308 pour l’utilisation et la mise en place de produits antiparasitaires à usage agricole et de produits assimilés.

C’est dans ce cadre législatif, et dans l’esprit du développement durable, que l’entreprise  entreprend des démarches visant à « Traiter moins pour traiter mieux ».

Notre entreprise est sensibilisée à la gestion différenciée, plus particulièrement en matière d’entretien des parcs et espaces verts qui lui sont confiés.

Cette sensibilisation porte sur un point essentiel :

  • l’utilisation raisonnée de produits phytosanitaires

Dans la mesure des possibilités, adapter les traitements sur les espaces selon leur situation, leur utilisation, leur rôle paysager,…

Il est indispensable de veiller à la nature des végétaux (plantes sensibles, plantes  mellifères,…).

L’entreprise est sensible à la gestion des « effluents phytosanitaires », plus particulièrement les fonds de cuve et le nettoyage des appareils de pulvérisation. 

En effet, les fonds de cuve peuvent être épandus sur le lieu de traitement en y ajoutant suffisamment d’eau (5 fois le volume du fond de cuve), permettant ainsi le rinçage de la cuve.

Aussi, en 2010, notre entreprise s’est équipée de kits de désherbage « DOSATRON », utilisés dans le cadre de traitements phytosanitaires. Cet équipement est installé sur une cuve de traitement.

Il présente un certain nombre d’avantages, à savoir :

  • utilisation de la quantité utile de produit, 
  • pas de surdosages,
  • pas de gaspillage,
  • mélange de l’eau et du produit à l’extrémité des lances,
  • pas de fonds de cuves,
  • pas de rinçage de cuves.

Le personnel est qualifié et a reçu une formation pour l’application des produits phytosanitaires. Il est équipé d’une tenue vestimentaire adaptée et agréée.

Des précautions sont prises lors de l’application sur des zones sensibles (crèche, écoles, aires de jeux et tout endroit fréquenté). Des panneaux avertisseurs (attention pelouse traitée,…) pourront être mis en place.

En outre, nous utilisons depuis plusieurs années une méthode alternative au traitement chimique, il s’agit d’un appareil porté de type désherbeur thermique  qui permet de traiter sur une largeur de 10cm.

D’une grande facilité d’utilisation, ce type de traitement a pour avantage de ne laisser aucun résidus ni aucune rémanence.

En effet, la seule méthode absolument respectueuse de l’environnement est l’intervention mécanique et manuelle qui permet une suppression des parties aériennes et des systèmes racinaires des végétaux indésirables. Cette méthode devient extrêmement consommatrice de main d’œuvre, et donc très coûteuse, dès lors qu’il faut répondre au besoin de « contrôle et de propreté » qui caractérise notre approche culturelle actuelle des espaces extérieurs publics.

Cette situation a conduit au développement de technologies thermiques très pratiques, efficaces, dites « écologiques » du fait qu’elles n’utilisent pas de produits chimiques.

Au demeurant, il ne faut pas perdre de vue qu’elles sont consommatrices de carburant fossiles (gaz ou fuel), émettrice de C02, et que l’impact sur les sols traités n’est pas neutre du fait qu’il détruit toute vie biologique.

Ces techniques doivent donc être limitées au traitement des surfaces minérales.

Traitements biologiques

Traitement des maladies :

Aujourd’hui, la Protection Biologique Intégrée (PBI) est essentiellement étudiée et utilisée en pépinières. Cette pratique est peu utilisée en espaces verts, du fait que leur efficacité n’est pas totalement prouvée en milieu ouvert.

Toutefois, l’installation des « auxiliaires » dans la lutte biologique nécessite d’en préserver l’habitat et de favoriser leur développement en plantant des végétaux variés attirant les « utiles » et les « nuisibles » dans un système de contrôle mutuel.

Par exemple, le rosier, avec le puceron vert, attire les guêpes parasites et les prédateurs des pucerons.

Il faut attirer les « auxiliaires » et les « prédateurs » plutôt que de les introduire.

Dans le cas d’une replantation, il serait intéressant de pratiquer des essais en plantant des haies « réservoir », de manière à fournir de la nourriture et servir d’abri à toutes les saisons pour les « auxiliaires » afin de contrer les attaques précoces des ravageurs au printemps.

Par exemple, quelques essences végétales intéressantes en tant que réservoir d’auxiliaires : Carpinus betulus, Cornus mas, Cornus sanguinea, Tilia platyphyllos, Viburnum tinus, Corylus avellana, Sambuscus nigra, Viburnum opulus, Arbustus unedo, Acer campestris,…  

A cet effet, des essais sont effectués ponctuellement sur certains jardins (squares, petits jardins publics, …).

Mesures pour la protection des sols

Un chantier sain est un chantier qui a une bonne gestion de ces ouvrages et des déchets et  pollutions qu’il génère. La limitation de ces polluants et la réduction de leurs impacts est une préoccupation de tous les jours. 

Pollution des sols par les hydrocarbures, huiles, …

Des opérations de maintenance des engins sur un chantier long dans sa durée sont inévitables. Nous avons mis au point des procédures pour chaque cas rencontré :

Entretien du matériel :

Aucun entretien, ni intervention sur des engins ne seront réalisées hors d’un atelier ou d’une aire spécialement aménagée. 

Dans le cas d’une maintenance d’urgence sur site nous installerons un dispositif de récupération des huiles usagées (bac de récupération au volume adapté).

Travaux de vidange ou risques de fuites obligatoirement réalisé sur ce dispositif.

Carburants, matériaux d’entretien :

Les cuves de carburant et tout contenant polluant seront disposés à une distance de 35m minimum de toute source d’eau et être équipés de bacs de rétention étanches d’un volume équivalant. L’alimentation du matériel se fera obligatoirement sur l’aire de stockage étanche, en liaison avec un déshuileur.

Principales mesures prises pour la  sécurité et l’hygiene sur le chantier

La sécurité sur le chantier

La sécurité du matériel

Les engins mécanisés sont conformes selon la sécurité du travail, suivant les normes antibruit, de pollution et entretenu de façon permanente par notre mécanicien. Les notices d’utilisation du matériel sont tenues à disposition du chef de chantier pour consultation.

La sécurité sur voie publique appliquée suivant les normes actuelles : balisages des zones de travail, matériel équipé de balisages lumineux,…

La sécurité du personnel

Le personnel est muni de chaussures de sécurité, de casque antibruit, de gilets rétro réfléchissant classe 2, de lunettes de protection, de gants. Tous les employés de la société sont habillés d’une tenue uniforme.

La sécurité au travail

Lors de taches nécessitant des mesures strictes, notamment les traitements phytosanitaires, l’ouvrier prends soin de respecter les précautions d’emploi du produit ou du matériel afin de respecter les règles élémentaires de sécurité :

Respect des dosages et de conditions d’applications (absence de vent par exemple.

  • Utilisation des équipements de protection mis à sa disposition (chaussures de sécurité, lunettes de protections, masques de protection, casques, gants, combinaisons jetables…)
  • Ne pas utiliser le matériel ou le produit pour une autre tache que celle pour lequel il a été conçu.
  • Ne pas utiliser les outils dans des conditions mettant en dangers l’utilisateur.

Pour les traitements phytosanitaires, l’ouvrier a à sa disposition un véhicule utilitaire équipé d’une cuve de traitement et de pompes doseuses limitant la manutention de produit de traitement et réduisant les surdosages. Ce matériel ne peut être utilisé que si les conditions d’accès sont favorables.

3   Epi

Pour les traitements phytosanitaires :

Pour les travaux espaces verts :

 

 

demandez votre devis